Rechercher dans ce blog

mardi 28 mars 2017

Notre seul refuge


Avant de percevoir la croix comme son refuge, l'esprit vivifié est troublé comme une mer agitée, pressé qu'il est de fuir la colère à venir. Il tremble face à la perspective du supplice éternel. Le ciel paraît inaccessible. les portes de l'enfer s'ouvrent tout grand. Peut-il y avoir paix? Tout effort doit être fait. L'on peine à vouloir reformer l'homme intérieur de sorte à apporter à Dieu le sacrifice d'une vie meilleure, afin d'éliminer la culpabilité par les larmes, les soupirs, les prières, les activités religieuses, la mortification et une suite de remise en cause et de recommencements. De tels efforts sont vains. Ce n'est pas ainsi que la colère est apaisée ni le ciel acquis. C'est lorsque l'Esprit révèle l'œuvre accomplie de Christ que cesse tout labeur en vue de réconciliation. C'est le sang de Christ qui fait la réconciliation. Que faut-il en plus? La justice de Christ couvre complètement. Que peut-on y ajouter? L'âme voit cela et se met à l'abri à l'ombre de la croix. C'est pour elle le jubilé. Elle se repose en Christ et tout ce qu'elle fait désormais, elle le fait par amour en guise de reconnaissance. Lecteur, réfléchissez-y, l'homme ne pourra jamais se sauver lui-même. Jésus est tout, aussi bien pour la rémission des péchés que pour la paix du cœur.
HENRY LAW (1797 - 1884)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire