Rechercher dans ce blog

jeudi 18 mai 2017

Le coffre à trésors infini de Dieu

« On peut comprendre la grâce comme l'amour de Dieu à l'oeuvre ou en action. Dans son commentaire sur l'Épître aux Éphésiens, un professeur et auteur de théologie (Lewis Sperry Chafer) a écrit :
On peut faire une distinction très nette entre l'amour plein de compassion que Dieu manifeste envers les pécheurs, et la grâce qu'il leur offre en Jésus-Christ. L'amour de Dieu et sa grâce ne sont pas une seule et même chose. Dieu aime les pécheurs avec une compassion démesurée et pourtant, à cause des exigences de sa sainteté et de sa justice outragées, il ne peut pas les délivrer de sa colère et d'une malédiction juste. Cependant, si l'amour pouvait donner au pécheur tout ce que la sainteté et la justice bafouées exigent de lui, l'amour de Dieu serait alors libre de s'exprimer sans entrave en faveur de ceux qui sont condamnés. C'est ce que Jésus a réalisé sur la croix en prenant sur lui le châtiment réservé aux coupables. Par ailleurs, la grâce divine manifestée dans le salut est l'expression de la compassion de Dieu en faveur du pécheur. Elle peut s'exercer librement parce que le juste jugement du péché a déjà eu lieu grâce au sacrifice de Jésus-Christ. L'amour divin désire sauver, mais en est incapable à cause des exigences de la justice ; mais la grâce divine est libre d'agir puisque Christ est mort. Bien que l'amour et la miséricorde de Dieu soient, tout comme sa grâce, mentionnés dans la lettre aux Éphésiens, l'objectif éternel de Dieu n'est pas seulement la manifestation de son amour, mais plutôt celle de sa grâce.
De son coffre à trésors infini, Dieu prodigue sa grâce aux pécheurs sans aucune retenue. »
Auteur inconnu