Rechercher dans ce blog

dimanche 24 juillet 2016

La croix, un signe de solidarité de Dieu (2)

Un amour qui ne coûte rien ne vaut rien. On peut  s’associer sans hésitation à cette déclaration du théologien anglican, John Stott,

« S’il n’y avait pas eu de croix, je n’aurais jamais pu croire en Dieu. Le seul Dieu en qui je crois est celui que Nietzsche a tourné en  dérision en le surnommant « Dieu sur la croix ». Dans notre monde de souffrance, comment pourrait-on adorer un Dieu qui en aurait été exempt ? Je suis entré maintes fois dans les temples bouddhistes en différents pays d’Asie, et j’ai pu contempler la statue de Bouddha, les jambes croisées, les mains jointes, les yeux fermés, l’esquisse d’un sourire sur les lèvres, l’air absent, totalement détaché des souffrances de ce monde. Alors, par la pensée, je revoyais cet homme abandonné sur une croix, meurtri, les mains et les pieds percés de clous, le dos lacéré, les membres écartelés, le front ensanglanté portant la marque d’une tresse d’épines, les lèvres desséchées traduisant une soif intolérable, plongé dans la nuit la plus noire, celle de l’abandon par Dieu. Voilà le Dieu qu’il me fallait !  »
John Stott, La croix de Jésus-Christ, Bâle, EBV, 1987, pp. 337,338.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire